Ce cours se veut une introduction à la sociolinguistique, discipline qui étudie la langue et le langage sous un aspect socioculturel. Il s'agira entre autres d'évoquer le rôle de la langue et les spécificités linguistiques à deux niveaux de relation : d'une part entre l'individu et le groupe (analyse de conversations/discours, marquage des relations sociales dans la langue, etc.), d'autre part entre groupes sociaux (dialectes, mais aussi situations de multilinguisme).

Latin 1 Groupe de M. Pierre lundi et mardi

Sylvie PATRON : Récits littéraires, récits dans différents média (films, bandes dessinées, etc.), récits de la vie réelle : approches contemporaines

 

Approcher et mettre en perspective des récits littéraires, des œuvres narratives dans différents média (films, bandes dessinées, etc.), des récits de la vie réelle, qu’il s’agisse de la vie publique ou de la vie quotidienne des individus. S’initier aux méthodes et aux outils d’analyse contemporains des différents types de récits. Réfléchir à la structure anthropologique fondamentale que constitue le récit, avec ses potentialités et ses éventuels dangers ou usages détournés. Tels sont les objectifs qui seront poursuivis dans ce cours.

 

Des textes seront fournis à chaque séance.

 

Indications bibliographiques 

 

Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue : les outils de la narratologie postclassique pour l’analyse des textes littéraires, Genève, Slatkine, « Érudition », 2017.

Sylvie Patron éd., Small Stories. Un nouveau paradigme pour les recherches sur le récit, Paris, Hermann, « Cahier Textuel « , 2020.

Brian Richardson, « De la narratologie non naturelle », in Sylvie Patron, éd., Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Perspectives », 2018, pp. 167-181.

Marie-Laure Ryan, « Sur les fondements théoriques de la narratologie transmédiale », ibid., pp. 147-166.

Christian Salmon, Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte, 2007.

 

Modalités d’évaluation 

 

Contrôle continu : un travail effectué dans le cadre du cours (50 %) ; un travail écrit en fin de semestre (50 %).

Dispensés du contrôle continu : un travail écrit en fin de semestre.

Dès la fin du XIXesiècle, le cinéma met en scène sa propre manière de faire. L’étude des premiers films d’animation met en relief la naissance du cinéma comme un art de la main, qui transforme la page de l’écrivain et la toile du peintre en un écran de cinéma. Plus tard, le dessin animé américain ne cessera d’interroger les perspectives changeantes de la représentation, en jouant des dimensions multiples de l’image. En resituant l’animation dans une histoire de l’art visuel (l’art expérimental et l’art abstrait), ce cours, qui privilégiera les films animés des glorieuses années américaines (jusqu’aux années 40),  interrogera la manière dont les figures iconiques – Felix le chat, Betty Boop, Donald, Mickey et d’autres – conduisent de bien étranges expériences visuelles.

Ce cours a pour objet de présenter aux étudiants des œuvres photographiques contemporaines et de leur fournir des éléments d'analyse et de réflexion critique fondés sur des enjeux esthétiques, historiques et philosophiques. L'évaluation des étudiants portera sur leurs connaissances et la maitrise des exercices du commentaire d'image et de la dissertation.

Jeudi 10h-12h

Le cours propose une introduction aux études de genre par l’exploration de textes théoriques fondateurs et, autant que possible, leurs implications dans l’analyse de la littérature et des arts à partir d'une série d'exemples.